Elèves handicapés : l’Assemblée vote des mesures insuffisantes pour les oppositions

vendredi 15 février 2019
popularité : 3%

 Paris, 14 fév 2019 (AFP) - L’Assemblée nationale a voté jeudi des mesures pour l’inclusion des élèves handicapés sur proposition du gouvernement avec notamment une retouche du contrat des accompagnants, jugées insuffisantes par les oppositions de gauche comme de droite.

 L’amendement adopté lors de l’examen du projet de loi "pour une école de la confiance" inclut dans le texte des dispositions que le gouvernement avait ajoutées à une proposition de loi socialiste votée le 1er février après avoir été largement remaniée.

 La mesure principale porte sur le recrutement des AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap), qui se verront proposer désormais "des CDD de trois ans renouvelables une fois avec un CDI à la clé au bout de six ans".

 Actuellement, la durée du CDD peut aller jusqu’à trois ans (renouvelable dans la limite maximale de six ans selon la loi), mais dans les faits les AESH n’obtiennent très souvent que des contrats de quelques mois.

 Offrir d’emblée un contrat fixé à trois ans, c’est "un changement majeur" qui favorise "des recrutements beaucoup plus en amont dans l’année scolaire" et assure aux accompagnants "une pérennité" de leur mission, selon le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

 "Vous ne réglez absolument rien sur la pérennité de l’emploi" puisque "la loi permet déjà que les CDD soient de trois ans", a critiqué Aurélien Pradié (LR) dont la proposition de loi sur le thème de l’inclusion des élèves handicapés avait, elle, été retoquée en octobre. "La question du handicap mérite bien plus que du bricolage", a ajouté l’élu du Lot. 

 Alors qu’un amendement LR pour l’embauche des accompagnants en CDI a été rejeté, son collègue Patrick Hetzel a dénoncé un texte "extrêmement dégradé" par rapport aux propositions de loi sur le sujet préalablement soumises aux députés.

 "Le compte n’y est pas", a renchéri Christophe Bouillon (PS), à l’initiative du texte voté début février après avoir été "vidé de sa substance".

 L’Insoumise Sabine Rubin a fustigé une "politique low-cost de l’inclusion". Elsa Faucillon (PCF) a pour sa part reproché à Jean-Michel Blanquer de "faire un déroulé de discours politicien" et de rejeter toutes les propositions qui "améliorent" selon elle le texte.

 Dans l’amendement du gouvernement figurent aussi l’instauration d’un "AESH référent" dans chaque département et la création de pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL), expérimentés depuis la rentrée 2018 dans toutes les académies.

Agenda

 

2019

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Brèves

Se syndiquer en ligne

vendredi 6 septembre

Je clique !

Je me syndique !

local/cache-vignettes/L120xH74/jemesyndique6474-ff7dd.jpg

Travail non reconnu

mardi 15 novembre 2016

JPEG - 15.7 ko

Les campagnes en cours

lundi 26 septembre 2016

local/cache-vignettes/L120xH56/onsimplifien5bed-69e9e.png