Coronavirus : incohérences et injonctions consternantes dans l’éducation nationale

lundi 30 mars 2020
par  
popularité : 7%

Coronavirus : incohérences et injonctions consternantes dans l’éducation nationale


On nous l’a dit et répété : « Restez chez vous ! Restez chez vous ! »

Oui mais pas trop quand même... Il faut bien que l’économie tourne. Et accueillir les enfants des soignant·es. Et organiser la continuité pédagogique de l’école, etc. Pour le SNUipp 79, le confinement doit être la règle absolue, pas l’exception !


Le déplacement pour venir chercher des documents pédagogiques a d’abord été considéré par M. Blanquer comme "déplacement pour motif impérieux familial".

impérieux : Qui s’impose avec le caractère d’une obligation, qu’il faut absolument satisfaire (Larousse)

Nul doute que nos élèves ont le besoin "impérieux" de faire cette fiche de lecture ou ce coloriage magique de conjugaison que nous leur avons préparés ! Le motif ayant été décrié, c’est désormais la case "déplacement pour effectuer des achats nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité" qu’il faut cocher. Cher·es collègues, n’hésitez donc pas à monnayer cette fiche de problèmes de première nécessité ! Au-delà de l’absurdité des mots, c’est bien d’une aberration sanitaire dont fait une nouvelle fois preuve notre ministre. Ou d’un déni sans borne. Ou d’un mépris sans borne. Ou d’un peu tout ça à la fois. Le ministère de la santé le dit, le Premier Ministre le dit, le Président le dit, et surtout nos soignant·es le disent : « Restez chez vous ! » Ne nous mettons pas en danger, ne mettons pas nos élèves et leurs familles en danger. Ne les mettons pas non plus dans l’illégalité. Ah et comme c’est le printemps, la cerise sur le gâteau est tombée mardi, tout droit venue de la DSDEN : ce matériel pédagogique doit être distribué... « par courrier » ! Aussi, nous espérons que vous avez pensé à faire le plein de grandes enveloppes kraft et de carnets de timbres  :-) De plus, vous veillerez à bien désinfecter le papier et les enveloppes avant de les envoyer, puis à demander aux parents de faire de même à réception.

Le SNUipp-FSU 79 rappelle que la priorité est au respect du confinement et au respect des mesures empêchant la diffusion du COVID 19.




Et puis comme si ça ne suffisait pas, comme si le 23 septembre n’avait jamais eu lieu, les directeur·trices sont mis·es chaque jour un peu plus sous pression : la continuité pédagogique de leur propre classe, le maintien du lien professionnel avec l’équipe pédagogique, les appels et courriels des familles qui pleuvent (parfois désobligeants), les injonctions déroutantes et souvent contradictoires de la hiérarchie - être ou ne pas être physiquement à l’école, un ou deux parents soignants, faire preuve de souplesse, être joignable, éviter tout déplacement et tout contact tout en distribuant du matériel pédagogique... -, l’organisation de l’accueil des soignants, Affelnet et les passages en 6e… On a bien cherché mais, NON, organiser l’accueil des élèves d’une circonscription et piloter des enseignant·es venu·es de différentes écoles n’incombe pas aux directeur·trices. Le ou la supérieur·e hiérarchique direct·e est et doit rester l’IEN de circonscription, qui plus est en temps de crise. Ah mais, on me murmure dans l’oreillette…

Oh ! Et deuxième cerise sur le gâteau, les directeur·trices délivreront aux familles des attestations dérogatoires de déplacement pour venir chercher ces fichus problèmes !


Et l’accueil des enfants de soignant·es, donc, si on en parlait ?

Si cet accueil est une nécessité, il n’est pas acceptable que les personnels volontaires y participent à leurs risques et périls ni même dans le stress que génère le manque de protection. Les lieux d’accueil n’ont, en effet, pas tous été approvisionnés en gel hydroalcoolique, produits désinfectants et masques. Ces derniers sont du reste présentés comme inutiles : c’est méconnaître la réalité de la vie en collectivité, a fortiori avec de jeunes enfants. La distance préconisée tout comme les gestes barrières sont purement et simplement inenvisageables. 5 minutes de puzzle, 5 minutes de désinfection des pièces ? 1/4 d’heure de graphisme, 1/4 d’heure de désinfection des feutres ? Et… oh zut, pense à éternuer dans ton coude la prochaine fois ! Non, ça, c’est ton cou… Et c’est sans parler du fait que ces enfants sont potentiellement plus exposé·es du fait de la profession de leurs parents.

Par ailleurs, alors que la consigne est « le moins de contacts possible », le choix est fait d’aller vers des pôles d’accueil concentrés. Certes, cela est plus pratique pour les services municipaux : entretien des locaux, prise en charge sur les temps périscolaires… mais plus propices aux contacts. D’autant plus que la mesure d’accueil a été étendue à d’autres professions que le secteur médical.

Terminons par la troisième cerise sur le gâteau : l’accueil pendant les jours de fermeture des écoles (week-end, mercredi) dès la fin de semaine. Et sinon, on doit aussi prévoir un matelas et un duvet ?


Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois