Plus de maîtres que de classes, poste en voie de disparition ?

jeudi 16 avril 2020
popularité : 27%

Encore une fois, les élèves et les enseignants vont faire les frais de décisions ministérielles infondées.


Le département des Deux-Sèvres se retrouve cette année avec un solde négatif de -19 postes pour la rentrée prochaine, généreusement réduit à -18 par la dotation exceptionnelle décidée par Blanquer (On doit dire merci, en plus ?).


Lorsque l’on prend en compte une autre décision ministérielle qui laisse le choix aux maires des communes de - de 5 000 habitants de fermer ou non une classe ; qu’on l’applique à notre département fortement rural, qu’on rajoute la volonté (ministérielle…) de limiter les effectifs de GS à 24… Que reste-t-il comme solutions pour trouver 18 postes ??

C’est évident !

Les postes qui n’ont pas de classe à proprement parler : les maîtres supplémentaires, le RASED et les remplaçants  !

Ceux là, on peut taper dessus autant qu’on veut, c’est comme avec un bon vieux bottin, ça ne laisse pas de traces ! Il faut dire que nous dans les Deux Sèvres, on l’avait bien cherché : Jusqu’à présent le DASEN avait préservé les PDMQDC (29, vous vous rendez compte !?), et chaque année nous ouvrions des postes de remplaçants (170, c’est déraisonnable !)… Tout cela évidemment en fermant des classes et en laissant des collègues gérer des effectifs surchargés plutôt que d’ouvrir des classes !


Alors cette année, c’est une carte scolaire sous anesthésie à laquelle on va avoir droit ! Elle va passer toute seule, il n’y aura pas de douleur, pas de réactions dans les familles de nos chers élèves. D’abord, ça va se passer alors que chacun est confiné bien au chaud à la maison à essayer de faire fonctionner la « continuité pédagogique ».

Ne vous leurrez pas, c’est ça aussi un effet d’annonce, l’école à la maison c’est de la poudre de perlimpinpin. Et comme on va essentiellement taper sur les maîtres supplémentaires, et les remplaçants, ce sera indolore ! On va enlever 20 PDMQDC ni vu ni connu ! Il faut reconnaître que comme on n’a pas fait de bilan sur les effets bénéfiques de ces postes là, on peut y aller sans hésitation. Il n’y a bien que ceux qui ont travaillé avec un-e maître-sse supplémentaire qui vous en diront du bien.

Nous, au SNUipp, nous les avons questionnés ces profs qui ont fonctionné à plusieurs sur une même classe. Ce qu’il en ressort ? De la richesse, des fonctionnements nouveaux, innovants, différents, plus proches des besoins des élèves. Les enseignants mettent aussi en avant des échanges professionnels sur les pratiques, des postures qui changent. Plus de maîtres que de classes, c’est un des mandats portés de longue date par le SNUipp et nous continuerons à le défendre.


Aussi, pour toutes les raisons citées, parce qu’elle intervient dans une période de crise sanitaire incompatible avec une gestion correcte de la carte scolaire (on en parle des inscriptions en maternelle ?), que l’on doit naviguer à vue au grès d’un ministre qui invente des règle s avant de se demander si elles sont applicables, le SNUipp-FSU réclame l’annulation de la dette scolaire.


Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois