Les questions du CHSCT sur la reprise du 11 mai

vendredi 17 avril 2020
popularité : 6%

Lundi 13 mai, dans son allocution de 20 heures, le Président Macron annonçait aux français un « déconfinement progressif » à partir du 11 mai et donc une réouverture possible des écoles. Cette information était tout à fait inattendue, alors que les médias parlaient d’une fermeture des écoles jusqu’en septembre.

Certes, le Président de la République a reconnu l’investissement de tou.te.s, sans oublier les enseignants. Certes, il faudra bien reprendre l’école un jour. Cependant, il n’est pas question de nous envoyer au casse-pipe : il n’y a aucune raison que les fonctionnaires de l’Éducation Nationale ne soient pas protégés dans le cadre de leur travail. Or, c’est une des missions de notre employeur : veiller à la santé et à la sécurité au travail.


Tout le monde s’accorde à dire qu’une reprise le 11 pour des enfants de maternelles et même des plus grands semble impensable (les petits sont incapables de comprendre et d’appliquer les gestes barrière et les plus grands trop contents de se retrouver vont être difficiles à contenir).

Les membres FSU du CHSCT de toute la France réunis ce 15 avril se sont accordés sur ces préconisations :

- réunir chaque CHSCT afin qu’il participe à l’élaboration du protocole de reprise du travail avant le 11 mai (c’est son rôle),

- continuer à partager des informations sur les difficultés qui persistent, en remplissant le Registre Santé et Sécurité au Travail (petite cloche en haut à droite dans l’intranet) et en contactant la FSU ( pression liée au travail à distance / à domicile, travail sur des écrans en continu...) ;

- concernant les personnels volontaires pour accueillir les enfants de soignants et des autres personnels indispensables à la gestion de crise : demander à votre chef de service (principal, proviseur, IEN) une attestation prouvant votre implication, qui vous permettrait, en cas de contamination au COVID19, de prouver un accident de service (Noter également les élèves ou les collègues contaminés par le Covid-19 avec les dates) ;

- en cas de contamination au Covid-19, contacter le service de la médecine de prévention (sam@ac-poitiers.fr).

- dans chaque établissement, réunir l’équipe pédagogique (comission hygiène et sécurité dans le second degré). Le DASEN pour le 1er degré et le chef d’établissement pour le second degré veillera à :

-organiser la désinfection des locaux, du mobilier (table élève …, après chaque passage), du matériel informatique (souris, clavier) en continu (avant la réouverture de l’établissement et pendant l’ouverture de l’établissement)

-organiser une désinfection spécifique pour les toilettes.

-veiller à une politique de dépistage, de tests, d’explication des gestes barrière (distanciation physique, masques, gel hydroalcoolique) avec diffusion de capsules vidéo créées pour expliquer comment mettre, retirer un masque, donner des consignes précises quant au tri des déchets

-prévoir la gestion des flux à l’intérieur de l’établissement et la protection de certains poste de travail (plexiglas à la vie scolaire, au réfectoire)

-avoir un souci particulier envers les personnels vulnérables (personnels qui reviennent d’un congé longue maladie, femmes enceintes, et personnels de plus de 60 ans, personnel avec des troubles de la santé incompatible avec le Covid-19) : des dispositifs d’ASA existent (voir avec le chef de service),

-exiger un maximum de 10 élèves par salle (comme cela avait été acté pour la prise en charge des enfants pendant le confinement)

-prévoir un accueil spécifique des personnels et familles qui ont vécu des deuils ou des drames pendant le confinement.

-prévoir que les élèves puissent facilement se laver les mains sans se croiser. Les inciter ?

-faire un bilan du respect des règles sanitaires.

-ne négliger aucun personnel quant à une éventuelle reprise le 11 mai (personnel administratif, ASSEDU, AESH...)


Il convient bien entendu de rappeler nos droits : on ne peut pas nous imposer une double tâche : faire cours en présentiel et à distance. Ce sera l’un ou l’autre.

Néanmoins, de nombreux points restent à éclaircir avec le ministère, notamment la question des personnels qui reprennent le travail en présentiel alors que leurs enfants ne sont pas accueillis dans leur école, crèche...

Voici une des revendications de la FSU au CHSCT ministériel de mardi 21 avril : un cadrage ministériel concernant la mise à jour des Documents Uniques d’Évaluation des Risques pour analyser les risques au niveau local. Ce DUER permettra un meilleur accueil de tous les usagers des établissements scolaires.
 


Agenda

<<

2020

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois