A partir du 2 juin dans les écoles

vendredi 29 mai 2020
popularité : 19%

A partir du 2 juin dans les écoles


Vous êtes nombreux à nous avoir sollicités en milieu de semaine, suite aux directives départementales (via les IEN). Vos questions sont nombreuses et c’est compréhensible.

Le SNUipp-FSU 79 a donc interpellé l’IA, afin d’obtenir des éclaircissements sur la phase 2 du déconfinement qui devrait commencer le 2 juin.


Le retour à l’école :


Nous avons donc eu un échange téléphonique avec l’IENA jeudi matin et si les directives sur le retour d’un grand nombre d’élèves, avec des classes de 15, ont été données, c’est  dans le but d’anticiper cette 2nde phase, car il a été demandé d’accueillir un maximum d’enfants.


Les annonces hier sur le retour à l’école sont claires :"toutes les familles qui le souhaitent doivent pouvoir scolariser leurs enfants au moins partiellement."et suite à ces annonces , nous vous confirmons que la seule référence c’est la circulaire nationale du 4 mai et le protocole sanitaire du 3 mai.


Aucune actualisation du protocole n’est pour l’heure envisagée, la dernière modification apportée était une mise en conformité avec le décret concernant l’obligation du port de masques.


Le travail à distance


"L’école à la maison" doit-elle ou non se poursuivre après le 2 juin ? Sinon, cela signifie-t-il que les équipes devraient "abandonner" les élèves qui ne reviendraient pas à l’école ?


=> Pour les élèves qui ne seront pas retournés à l’école, la transmission de travail par les enseignants est nécessaire, mais ce distanciel ne peut être celui que les familles ont connu jusqu’à présent. Cela peut être en envoi de travail à faire sans retours des familles, et échanges avec celles-ci.


=>Les familles qui font le choix de garder leurs enfants à la maison, doivent en assumer l’instruction avec le travail envoyé. Pour le SNUipp-FSU79 il faudra veiller à ne pas creuser les écarts de niveaux entre élèves, ce qui passe par un allègement du travail demandé.


Quid du distanciel ? Qui l’assure ? Le distanciel doit-il être assuré que par les directeurs comme cela est indiqué dans la note départementale ?


=>Les directeurs doivent être déchargés un maximum de leur classe, cela leur permettrait d’obtenir et de garder leur décharge. Ce sont eux qui feraient le distanciel, bien que par distanciel, il suffit d’entendre "envoyer le travail" .Il ne peut plus se faire comme il se faisait jusque là. Les familles font le choix de ne pas scolariser leur enfant , elle doivent en assumer l’instruction.


Le distanciel sera aussi mis en place avec les enseignants qui restent en télé travail pour raison médicale, considérés comme fragiles face au covid.


Organisation d’accueil et du temps de travail :


Certaines équipes, qui accueillent pour le moment peu d’élèves, s’organisent pour dégager du temps à chaque enseignant.e pour qu’il/elle puisse assurer son enseignement à distance "sur le temps devant élèves". Ces organisations seront-elles remises en cause la semaine prochaine ? Comment préconisez-vous d’organiser l’articulation du travail en présentiel et à distance sans demander aux enseignants des "doubles services" ?


=> La priorité est donnée au présentiel dans les écoles, dans la limite bien sûr des 15 par classe en élémentaire et 10 en maternelle, tout en tenant compte de la capacité des salles de classes. Si l’école n’a pas suffisamment de salles et/ou de PE, il faut donc privilégier l’alternance sauf pour les groupes prioritaires.


=> Un groupe prioritaire ne peut pas rencontrer 2 groupes différents sur la semaine. ( c’est à dire une base prio et une partie qui tourne sur la semaine).

On reste sur un groupe= un.e PE ;

Limitation  au maximum des brassages de PE et du brassage d’enfants.Un PE peut rencontrer 2 groupes d’élèves en alternance, 1 groupe A en début de semaine et 1 groupe B en fin de semaine.


=> Pour les élèves qui ne seront pas retournés à l’école, la transmission d’un "minimum" de travail par les enseignants est nécessaire. Il ne s’agit pas de double service.


Le SNUipp-FSU prend acte d’un allègement relatif de travail demandé aux directeurs, mais rappelle tout de même que ceux-ci sont des enseignants qui aiment faire classe et ne sont pas destinés à assurer du travail à distance ou faire que du travail adminstratif. Il ne faudrait pas que cette situation soit pérenne dans le temps. Ainsi, le SNUipp-FSU 79 s’oppose à La proposition de loi de la députée LR Frédérique Meunier qui vise justement à installer le distanciel.


=> L’IENA a s’est engagée à ce qu’il y ait de la souplesse quant à la date de mise en route de cette 2ème phase. Cela peut être à partir du 4 juin mais aussi du 8 juin, comme le font les collèges. Il est donc possible de ne mettre en place le nouvel accueil qu’à partir du 8 juin et d’avoir la semaine pour s’organiser.


Le travail des remplaçants

Les remplaçants affectés sur école depuis le 11 mai, vont-ils être amenés à changer d’école et quand seront-ils prévenus ?


=>Si les remplaçants sont amenés à changer d’école ce ne sera qu’ à la marge, ils seront prévus suffisamment à l’avance pour qu’ils puissent s’organiser personnellement (comme avec leurs propres enfants.) ou avec l’équipe enseignante.



=> Lors de cet entretien nous avons rappelé que les équipes enseignantes étaient épuisées, et que l’idée de construire pour déconstruire étaient source d’angoisse et de stress, mais surtout de travail supplémentaire très important.

Les réalités du terrain sont très différentes en fonction des enfants, des élus, des parents, et aussi des IEN. L’IENA dit vouloir essayer de poser un cadre un départemental (pour réduire au maximum les inégalités).

 Il existe différentes modalités d’accueil et celles-ci sont le fruit d’un travail complexe des équipes réalisé dans un cadre incertain et mouvant. Chaque école a fait de son mieux pour organiser le déconfinement mais une analyse globale démontre que la possibilité d’accès à l’école est extrêmement hétérogène d’un secteur à un autre, le temps de scolarisation des élèves en présentiel est également très hétérogène d’une école à une autre,.

Beaucoup d’enseignants sont dans l’incompréhension face à cette grande diversité d’organisations proposées et face aux attentes différentes des IEN. Comment expliquer aux familles qu’une classe scolarise les élèves 4 jours par semaine, alors qu’une autre classe ne scolarise les élèves que 2 jours par semaine voire qu’une journée par semaine et que dans le même temps certaines classes pourraient rester fermées jusqu’à l’été ?


Si le ministre de l’éducation nationale martèle sur les plateaux télévisés qu’aucun élève ne sera laissé sur le bord du chemin, la réalité du terrain est bien différente.

Un texte national clair et envoyé suffisamment à l’avance (pas la veille pour le lendemain) aurait du permettre aux équipes d’avoir le temps de s’organiser et proposer un cadre commun (avec des diversités à la marge) créant une égalité de traitement pour les élèves comme pour les familles..



Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois