« Déploiement » du PIAL

vendredi 19 juin 2020
popularité : 34%

Un mail concernant le déploiement du PIAL, contenant les éléments déterminants a été envoyé aux AESH, après, bien sûr, la date butoir des souhaits d’affectation . Ces éléments n’auraient-ils pas été indispensables aux choix des AESH ?

Dans ce courrier on y découvre ce que craignait le SNUipp depuis le début, à savoir : le « déploiement du PIAL ».

Sauf que voilà, il nous montre bel et bien les nombreux PIAL et leur étendue qui découpent notre département et dans lesquels, les AESH vont être affectés. En effet, si les AESH sont affectés à des PIAL et non plus à des écoles, ils pourront donc exercer leurs missions sur parfois 17 établissements allant de la maternelle au lycée et sur un parcours de plus de 30 km ! Peut-on alors parler de bienveillance à l’égard de ces personnels déjà bien affaiblis par leur précarité ? Nous comprenons bien vite que "déploiement du PIAL" signifie..."multiplication des accompagnements par AESH", ou bien "polyvalence complète" pour ne pas dire, "missions extravagantes", ou encore "éventuelles disponibilités sur tous les sites"...

De plus, les interprétations du Vademecum vont bon train... On demande aux AESH de se positionner sur le poste de coordonnateur alors qu’il est noté dans ce vademecum que :
« un directeur d’école qui peut être déchargé d’un quart de temps ou bénéficier d’indemnités pour mission particulière (IMP) quand le nombre d’élèves suivis est réduit. Il est nommé par l’IA-DASEN sur proposition de l’IEN-CCPD. Il est recruté pour ses compétences organisationnelles et relationnelles sur la base du volontariat »
On se demande donc comment un AESH pourrait être coordonnateur sachant qu’il ne peut prétendre à aucune IMP et n’est pour le moment pas formé sur l’organisationnel ou le relationnel. 
Autre interrogation : avec quels moyens l’AESH devrait faire ce travail ? Lui sera t-il fourni du matériel informatique ? Un téléphone ? Des frais de déplacement ?
Coordonner jusqu’à 17 établissements répartis sur plus de 30 km, comme c’est le cas dans certains PIAL,...avec du personnel employé à 80 % gagnant à peine1000 Euros ?!?


Il est également écrit dans le vademecum que le coordonnateur peut : « être chargé de coordonner et de moduler les emplois du temps des AESH en fonction des besoins d’accompagnement des élèves qui disposent d’une notification d’accompagnement humain. 
Le coordonnateur du PIAL peut modifier les emplois du temps des AESH au cours de l’année scolaire, en concertation avec l’équipe pédagogique, lorsque les besoins de l’élève évoluent pendant l’année scolaire (sorties scolaires sans nuitée, absence d’un élève, d’un enseignant ou d’un AESH du PIAL, périodes de formation en milieu professionnel, période d’examen…). »
Comment un AESH pourrait-il soudain avoir toutes ces responsabilités et gérer jusqu’à l’emploi du temps de ses propres pairs ? Cela ne risque t-il pas d’entraîner de la discorde, une forme d’inégalité au sein des personnels ?

C’est pour toutes ces raisons que le SNUipp 79 continue de revendiquer pour les AESH  :


- la création d’un véritable statut de la Fonction publique pour les AESH


- une revalorisation immédiate des salaires


- le maintien des accompagnements individuels dans le respect des notifications MDPH


- l’arrêt de la mutualisation forcée aggravée par les PIAL 


- L’arrêt du PIAL



Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Carte scolaire

jeudi 10 novembre 2016