Comité Technique Académique (CTA) du 17 Mars

vendredi 18 mars 2016
popularité : 1%

Comité Technique Académique (CTA) du 17 Mars

En CTA, le Secrétaire général donne raison au SNUipp (cf CTA de janvier où seul le SNU était intervenu) : le Ministère avait bien une réserve pour assurer la création de postes ’unité autisme’. Ainsi, la Vienne et les Deux Sèvres récupèrent chacun 1 poste supplémentaire pour la carte scolaire.

Dotation des Deux-Sèvres = + 12 postes au lieu de +11 postes

Présidé par la nouvelle Rectrice d’Académie, Anne Bizagny-Faure, le CTA a abordé :

  • le service des éducateurs en EREA
  • les ouvertures en ULIS lycée pro
  • la formation continue
  • les départs en formation ASH
  • direction : simplification académique et zoom sur l’état d’urgence
  • Les ORS (Obligations de Service) des PE-Educ en EREA Suite à une note de service de la DRH du ministère, le rectorat s’empresse de mettre fin aux missions de nuit assurées par les enseignants au sein des internats éducatifs des EREA et de les remplacer par des assistants d’éducation (AED). 

Cela se traduirait par la suppression de 3 postes de PE Educ dans chaque EREA

La notion d’internat éducatif a été pensée comme un moyen de prévention du décrochage scolaire de jeunes en très grande difficulté scolaire et sociale, en manque de repères socio-affectifs et culturels. L’internat éducatif assure une continuité éducative, sécurisante et un accompagnement pédagogique des collégiens et ce sont les professeurs des écoles spécialisés qui exercent ces fonctions éducatives au sein des EREA.

Comment imaginer que des assistants d’éducation non formés, ayant un statut précaire, sans garantie de pérennité, puissent jouer ce rôle ?

Le SNUipp-FSU demande au Rectorat de ne pas jouer aux apprentis sorciers et de se donner le temps de la concertation et de la réflexion. La Rectrice donnera une réponse dans une semaine.

Nous soutenons les collègues dans les EREA qui continuent à se mobiliser.

  • La Carte des ULIS au niveau Académique Le SNUipp-FSU a relevé les effectifs souvent lourds des ULIS et les difficultés d’inclusion que cela engendre.

Ces questions seront réabordées au moment de la carte scolaire dans chaque CTSD de chaque département.

Ouvertures proposées en ULIS lycées :

- Charente : 1

- Charente maritime : 1

- Vienne : 1 au LP Réaumur Poitiers ou Branly Chatellerault

  •  Plan Académique de Formation Concernant le 1er degré, le SNUIpp-FSU a porté l’attente de la profession pour un renforcement conséquent de l’offre « à la demande » sur le temps élève.

Nous déplorons autant les animations péda à moyens constants, sur des horaires discutables, que les modules m@gistereabsolument paspertinents mais surtout qui privent les collègues d’échanges et de mutualisation nécessaires.

L’administration nous promet :

  1. une augmentation du vivier de remplacement pour renforcer la formation
  2. une augmentation importante du budget (environ + 200 000 Euros sachant que la nouvelle circulaire va contraindre à rembourser mieux les frais de déplacement)
  • Concernant la formation spécialisée 44 départs en formation spécialisée pour l’académie avec la volonté de faire le même effort à la rentrée 2017

Dans le département des Deux-Sèvres nous ne connaissons pas encore le nombre de postes qui seront proposés, mais nous vous le communiquerons dès que possible.

Les personnels retenus pour partir en formation CAPA-SH seront nommés celors de la CAPD du jeudi 24 mars.

  • Simplification Administrative et direction d’école.  L’administration a intégré un certain nombre de propositions du SNUipp-FSU, issues du groupe de travail du 4 mars à son document de base : accent mis sur la relation avec les collectivités, accent mis sur les délais moins restreints pour répondre aux demandes, travail sur le suivi des dossiers MDPH des élèves, travail sur le suivi des remplacements, formations spécifiques aux directeurs/trices.

 Des modifications sont apportées en terme d’ergonomie, de rationalisation, de formation, de remplacement ...Il reste du chemin à parcourir car si cela est nécessaire, ce n’est pas suffisant : les directeurs ont besoin de temps reconnu, de frais de déplacement, et d’un personnel formé pour les assister dans des tâches de secrétariat.

 Nous en avons profité pour signaler la situation dans laquelle se trouvent les directeurs en première ligne du plan « vigilance attentat », souvent infaisable et anxiogène à tous niveaux.

 Nous demandons à l’administration de ne pas en rajouter dans les responsabilités demandées.

 Elle nous répond qu’il ne s’agit pas de rajouter une charge et qu’elle travaille pour arriver à un protocole simplifié.Le SNUipp-FSU va faire une intervention nationale à la Ministre sur ce sujet.

Le prochain groupe de travail se fera en présence de personnels de circonscription pour faire état de ce qui est réellement demandé.


Documents joints

Comit
Comit

Navigation

Articles de la rubrique