Compte rendu Audience SNUipp/Rectrice : recrutement, ash, formation, postes adaptés

lundi 3 octobre 2016
popularité : 23%

Les SNUipp/FSU 16 - 17 - 79 - 86 avaient souhaité cette audience pour faire le point sur les sujets qui sont traités au niveau rectoral et non départemental :

- Recrutements : liste complémentaire et manque de personnels
- Départs en CAPA-SH
- Dispositifs d’accompagnement des personnels confrontés à des difficultés de santé
- Formation initiale et continue
- EREA
- Mesures liées à la sécurité des écoles

Note d’ambiance : Dans cet échange d’une heure, si la rectrice s’est montrée à l’écoute des problématiques de terrain que nous avons faites remonter, pour le SNUipp-FSU il existe un fossé entre la perception du rectorat qui analyse la situation au travers d’indicateurs chiffrés et la réalité concrète de notre quotidien dans les écoles.

Étaient présent-e-s : Bisagni Anne (rectrice), Blugeon Mathieu (directeur de cabinet ), Diaz Philippe (secrétaire général), Poirier Marie-Pierre ( SG adjointe "DRH"), Guilbault Ivan ( SG adjoint "Moyens"), Bourget Dominique (IA 16), Lévêque Jean-François ( Conseiller technique ASH), Gouty Philippe ( Responsable de l’équipe mobile de sécurité académique)

Recrutements : ouverture de la liste complémentaire ... mais ça suffira pas !

Liste complémentaire ... ouverture trop tardive pour bénéficier de l’intégralité de la liste

Suite aux nombreuses relances du SNUIpp-FSU (courriers, pétitions ...), le ministère des finances a enfin donné son aval pour l’appel aux listes complémentaires dans toutes les académies.

Donc pour l’académie de Poitiers, sur les 14 restant-e-s sur la liste Complémentaire (LC) du CRPE 2016 , la rectrice nous a annoncé affecter :
- 1 poste dans le 16,
- 2 dans le 17,
- 3 dans le 79
- 8 dans le 86.

Le SNUipp-FSU a expliqué que la réalité allait être différente : en effet les 14 inscrit-e-s sur LC, au regard de l’annonce tardive, ne pourront pas tous répondre favorablement.

Les raisons ? certain-e-s ont déjà été recruté-e-s par l’académie de Créteil et au moins un autre a trouvé un autre travail et souhaite le conserver.

Résultat ? la répartition annoncée va forcément changer ! Quand l’ensemble des inscrit-e-s sur LC appelé-e-s auront répondu par mail à dpe5@ac-poitiers.fr une nouvelle répartition entre les départements sera effectuée. ... à suivre

Le SNUipp-FSU revendiquera que de la formation soit apportée à ces jeunes collègues recruté-e-s avant leur prise de fonction.

Une année qui va rester sous tension pour le remplacement

Si l’ouverture de la liste complémentaire va apporter quelques moyens à chaque département. cela ne répondra pas à l’ampleur des besoins. Le SNUipp-FSU 86 a rappelé à la Rectrice le bilan catastrophique de l’année dernière au niveau du remplacement et cela dès les vacances d’octobre jusqu’à la fin de l’année.

Le SNUipp-FSU a dénoncé les mesures prises par certains IA et IEN au regard du manque de personnel : refus de temps partiel de droit, autorisations d’absences sans traitement malgré une convocation type tribunal ... Le SNUipp-FSU a expliqué à la rectrice que ces mesures étaient contre-productives et pouvaient générer plus d’absences. Dans tous les cas cela crée de la rancœur et renforce le fossé entre les collègues et leurs supérieurs hiérarchiques.

Alors que certains IA évoquent le recrutement de contractuels pour pallier les futures absences des enseignant-e-s, pour le SNUipp-FSU il faut faire en sorte que les enseignant-e-s de cette académie puissent faire leur métier dans de bonnes conditions et être accompagné-e-s par leur supérieur de façon bienveillante.

Départ en Formation CAPA-SH

Le SNuipp-FSU a demandé que le nombre de départs en formation CAPA-SH soit considérablement augmenté, notamment en option G (dans chaque département plusieurs postes sont gelés). ( exemple : seulement 3 postes sur les 9 G dans les 2 Sèvres sont occupés, 2 sont gelés dans la Vienne !).

Le conseiller technique ASH de la rectrice nous a indiqué que les priorités académiques restaient sur les "options rares" A, B et C et que le rectorat avait déjà fait un effort sur les G l’année dernière et qu’au regard des nouveaux pôles de ressources Rased, les maîtres G n’avaient peut être pas à être aussi nombreux que précédemment.

Le SNUipp-FSU a rappelé à l’ensemble de l’"auditoire rectoral" la réalité des classes : une explosion de situations d’élèves présentant des troubles du comportement où les enseignant-e-s se retrouvent souvent impuissant-e-s. Alors oui il faut des maîtres et maîtresses G en nombre et pas seulement conseiller-e mais présent-e sur le terrain et dans les prises en charge !

Dispositifs d’accompagnement des personnels confrontés à des difficultés de santé

Le SNUipp-FSU a fait remonter l’insuffisance des moyens réservés pour ces dispositifs ( allégement de service, PACD, PALD ), la mauvaise information effectuée par le Rectorat pour les collègues y ayant droit et la maltraitance ressentie par des personnels dans le traitement de leur situation par certains médecins et personnels de l’administration.

Le Rectorat nous a répondu qu’au contraire la situation des personnels handicapé-e-s dans l’académie était satisfaisante puisque Poitiers emploie un pourcentage de personnels en RQTH au dessus la moyenne nationale ... Que pour les personnels handicapé-e-s, une personne était référente , Mme Lafon Mélanie melanie.lafon@ac-poitiers.fr et donc que logiquement , il ne devrait pas y avoir de souci de suivi de dossiers. Enfin, "concernant les personnels ayant des problèmes de santé, il faut qu’ils comprennent que cela doit être un flux, pour faire entrer de nouvelles demandes , il faut en faire sortir d’autres, donc pour leurs problématiques de santé qui continuent ou s’aggravent", le rectorat accorde aux personnels concernés de se payer un temps partiel de droit sur leurs propres moyens.

Le SNUipp-FSU, face à ce discours inaudible, a rappelé que NON, les dossiers RQTH n’étaient pas tous suivis par une seule référente mais par une multitude d’interlocuteurs, que des collègues n’avaient pas vu de médecins malgré leurs demandes depuis 5 ans, que certains médecins agissaient comme des gestionnaires de moyens et non comme des professionnels de santé, que des collègues étaient sortis des dispositifs sans accompagnement. Face à un auditoire sourd à certaines évidences, le SNUipp-FSU va écrire à la ministre.

Formation Initiale et Continue

Formation initiale

Le SNUipp-FSU a fait remonter l’impression de gâchis liée à cette formation et le besoin indispensable de revoir la formation. Un investissement énorme est fait par le ministère sur l’année de PES ces 3 dernières années ( pour les stagiaires de la Vienne, cela équivaut à une 30 de postes pris sur les moyens du département) pour un résultat décevant : 85% des stagiaires déclarent ne pas sentir préparé-e-s à la responsabilité classe (voir enquête du SNUipp-FSU).

La rectrice a confirmé l’idée d’un groupe de travail avec les représentant-e-s syndicaux en lien avec l’ESPE pour modifier plusieurs aspects dont les lieux et les modalités de stage. ... à suivre

La Rectrice a aussi indiqué vouloir mettre en place de la formation en T1 et T2, ce que le SNuipp-FSU ne peut qu’approuver.

Formation Continue

Le SNUipp-FSU a fait remonter :

  • l’absence ou quasi d’offre de formation ouverte à toute la profession. (25 possibilités de départs en formation pour 2016/2017 pour plus de 2000 collègues en Vienne)
  • le besoin de remplaçants dédiés à cette mission, comme précédemment les brigades "Formation Continue".
  • le mépris ressenti par les enseignant-e-s du 1er degré quand à l’organisation des animations pédagogiques ou réunions équivalentes : convocation à la dernière minute, horaires non adaptés (en soirée ou le mercredi après-midi) , qualité de certaines animations très variables (exemple : le visionnage d’un power point d’un document Eduscol ), hiérarchisation des thématiques très discutables (travailler sur Livret Scolaire Unique Numérique - le LSUN - avant d’avoir des formations sur les nouveaux programmes). La Rectrice a indiqué qu’elle prenait en compte nos remarques et c’est pour cela qu’elle ne proposerait pas de mercredi après-midi obligatoire le 19 octobre (jour de la sortie) mais plutôt 3 mercredis après-midis en novembre permettant ainsi aux collègues d’anticiper .... le sujet sera le LSUN qui est devenu le sujet primordial pour le ministère... malgré le fait que la circulaire ministérielle précisant l’ensemble des principes et des modalités de sécurisation de ce dispositif ne soit pas toujours pas parue.

Le SNUipp-FSU a rappelé son opposition aux mercredis après-midis obligatoires. Il a aussi rappelé que les demi-journées de solidarité ne pouvaient servir à cette soi-disant formation puisque elles doivent être dédiées à "la concertation sur le projet d’école " ARRÊTÉ DU 4-11-2005 JO DU 17-11-2005- Enfin, concernant le LSUN, le SNUipp-FSU demande un moratoire de son application tant que l’outil ne sera pas réellement opérationnel pour les équipes

Donc , cette année encore, si vous voulez de la formation intéressante , allez plutôt voir le SNUipp-FSU et ses offres de formation départementales comme nationales (exemple : encore 40 places disponibles pour l’Université d’Automne du 19 au 21 octobre)

Si vous en avez marre de subir ce grignotage du temps perso, de ne jamais pouvoir travailler en équipe sur des projets porteurs de sens pour les élèves et les équipes, engagez vous dans l’opération collective "STOP APC " et rejoignez les 35 000 collègues inscrit-e-s dans ce mouvement http://findesapc.snuipp.fr/

EREA

Le SNUipp-FSU a fait remonter l’état des lieux de cette rentrée qui fait suite à la suppression de 12 postes de PE éducateurs sur l’académie. Et... le bilan n’est pas positif pour les PE éduc qui ne se retrouvent plus dans leurs nouvelles organisations où une partie importante de leur mission éducative liée au projet d’établissement se trouve supprimée. De plus, les 4 EREA connaissent des difficultés locales sur lesquelles nous avons échangé avec le conseiller technique ASH du rectorat.

Un groupe de travail ministériel sur le sujet aura lieu le 6 octobre.

Mesures de sécurité

Le SNUipp-FSU a fait remonter le grand investissement effectué par les équipes et particulièrement les directeurs/trices et qu’il était temps d’arrêter les injonctions mais plutôt de mieux les soutenir et les accompagner.

La Rectrice a dit ne pas vouloir donner des consignes plus contraignantes comme l’interdiction aux parents d’accompagner leurs enfants en maternelle qui a lieu dans d’autres académies, ce qu’a salué le SNUipp-FSU. Un plan de formation des IEN et conseillers pédagogiques pour mieux soutenir les équipes est programmé.

pour les SNUipp-FSU de l’académie de Poitiers, Yann Bailly (86), Julie Couprie (79), Cécile Daumar (16), Guy Grizet (17), Fabienne Laîné (86) , Matthieu Menaut (86)