Prévenir l’homophobie

popularité : 16%

L’homophobie existe encore aujourd’hui en France. 

L’école ne peut rester à l’écart de ce phénomène alors qu’en son sein des jeunes se construisent dans la honte une personnalité et une sexualité cachées. Notons que l’homosexualité n’a été dépénalisée qu’en 1982 et qu’il faut attendre 1993 pour que l’OMS la raye de sa liste des maladies mentales. Il est encore nécessaire de faire évoluer les représentations.

Prévenir l’homophobie concerne aussi l’éducation quand il s’agit de permettre aux élèves de porter un regard neuf, critique, débarrassé des préjugés de l’opinion commune. 

L’engagement du SNUipp contre l’homophobie participe de sa volonté de contribuer à établir l’égalité de toutes et tous. 

Un grand nombre d’enseignants concernés n’ont pas d’autres choix que de rester dans l’ombre. L’amalgame entre pédophilie et homosexualité fait encore peur. Une commission nationale issue du congrès du SNUipp s’est créée pour prendre en compte toutes ces réalités. Elle est à l’écoute des situations individuelles difficiles que les enseignants peuvent rencontrer et entend être à l’initiative de réflexions plus générales sur le sujet.

 

Il est possible de la contacter en écrivant à l’adresse suivante : homophobie[A]snuipp.fr

 

 

Une brochure pour réagir...

 

Destinée à tous les professionnels travaillant auprès des jeunes (enseignants, éducateurs, animateurs...), elle leur donne des informations, des éléments de réflexion et des possibilités de recours. Elle met en exergue les différentes situations de l’homophobie ordinaire et apporte à chaque fois des réponses juridiques, sociales et associatives pour aider les adultes dans leur accompagnement du jeune. 

 

Cette brochure peut être consultée et téléchargée sur le site http://www.ligneazur.org