Migrants : solidarité et humanité

mardi 19 décembre 2017
popularité : 21%

"La liberté de circulation, prévue par la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948, n’existe pas pour des centaines de millions de personnes dans le monde. Si la plupart des Européens peuvent voyager sans visa dans une centaine de pays, les ressortissants des pays d’Afrique se heurtent à de nombreux obstacles pour obtenir un visa, faute de quoi ils se trouvent livrés aux réseaux de traite, comme en Libye ." Dans son communiqué publié à l’occasion de la journée internationale des migrants, la FSU rappelle, s’il en était besoin, le traitement inhumain et discriminatoire dont sont victimes les migrants qui fuient leur pays pour des raisons politiques ou économiques.

La France, mauvais exemple

La France, auto-proclamée pays des droits de l’homme, n’est malheureusement pas en reste. "En France, les accords de Dublin ont eu pour effet de fabriquer des sans-papiers, les « dublinés », refusant d’être renvoyés dans un pays où leurs empreintes ont été prises. Le 8 décembre, le Ministre de l’intérieur a demandé aux associations chargées de l’hébergement de signaler les personnes en situation irrégulière : les associations ont refusé de se faire les auxiliaires des préfectures. ", rappelle le communiqué.

Les mouvements citoyens à la rescousse

Face à l’absence de prise en charge par les autorités des migrants en détresse, de nombreux mouvements citoyens organisent la solidarité concrète et expriment leur refus des politiques migratoires inhumaines.
Après les rassemblements et les actions citoyennes qui ont eu lieu samedi dernier à Menton pour protester contre l’expulsion illégale de mineurs isolés étrangers, de nombreuses mobilisations sont organisées en France à l’occasion de cette journée.

La FSU appelle à y participer partout sur le territoire pour exiger un accueil digne des migrants, l’abandon de toutes les poursuites contre les citoyennes et citoyens solidaires, l’abrogation des accords de Dublin, la régularisation des sans-papiers.

Lire le communiqué de la FSU