CDEN du 2 février 2018

jeudi 8 février 2018
popularité : 15%

Le CDEN qui a enteriné les opérations de carte scolaire s’est tenu le vendredi 2 février dernier.

Les représentants de la FSU CGT ont lu une déclaration reprenant divers points d’actualité.

Téléchargez la déclaration :

PDF - 122.2 ko


Nous avons rappelé à l’administration que tenir des instances de carte scolaire en seulement 4 jours n’était pas raisonnable pour les conditions de travail des uns et des autres. De plus, ce calendrier ne nous a pas permis d’alerter la communauté éducative.

Le DASEN est revenu en instance sur 2 situations.

Il a annulé les fermetures conditionnelles de la maternelle de Moncoutant, prenant en compte nos arguments sur la concurrence avec le privé. Cette école atteignait un seuil de 29.5 élèves par classe et nous savons pertinemment que dans ces conditions il n’est pas possible d’accueillir les élèves de moins de 3 ans, contrairement aux écoles privées de ce secteur.

Le DASEN a aussi accepté de ne pas fermer sur l’école maternelle Pasteur à Niort car cette école avait les mêmes seuils que celle de Moncoutant.


Nous sommes intervenus sur d’autres situations très proches du seuil, sans pouvoir pour autant faire modifier les décisions du DASEN notamment sur la situation de l’école de Fressines, très proche du seuil et dont l’inscrption de 2 PS n’a pas été prise en compte par l’administration, mais aussi sur la situation de l’école Georges Sand de Niort qui est proche du seuil et dans laquelle il y a une ULIS.

Nous avons rappelé au DASEN que l’inclusion était compliquée dans des classes chargées.

Il est inadmissible que les textes officiels ne tiennent pas compte de l’existence des ULIS dans les écoles mais ne s’en tiennent qu’au jugement du DASEN.

Nous sommes aussi intervenus pour dénoncer la mise en place d’une classe unique dans notre département sur l’école Saint Jacques de Thouars. Selon le DASEN, il appartient aujourd’hui aux élus de se mobiliser pour restructurer les écoles du secteur afin de ne pas laisser un enseignant et des élèves dans cette situation.

Nous avons rappelé au DASEN qu’encore une fois, c’était les enseignants qui subissaient.


La prochaine étape de la carte scolaire qui se déroulera fin juin va de toutes façons rebattre les cartes.

Les mesures conditionnelles seront forcément rediscutées ainsi que les quelques situations que le DASEN a pointé "à suivre."

Bien entendu, si votre école voit ses effectifs sensiblement bouger, nous demanderons une ouverture.


Pour rappel, sur une même phase de carte scolaire, les seuils restent les mêmes, c’est à dire que si une école élémentaire ou primaire à 4 classes et plus a subi une fermeture en février, elle pourra réouvrir en juin si elle dépasse le seuil de 27 par classe (seuil de fermeture) et non le seuil d’ouverture qui est à 28.


Nous reviendrons vers vous pour préparer au mieux les prochaines instances.


Les représentants de la FSU- CGT au CDEN


Navigation