Rythmes : ce que porte le SNUipp-FSU

samedi 1er décembre 2012
popularité : 1%

Si, comme l’a confirmé sa consultation conduite auprès de 24 000 enseignants, la réussite des élèves n’est pas qu’une affaire de rythmes scolaires, le SNUipp porte sur ce dossier des exigences fortes qui devront être entendues par la rue de Grenelle.

Remettons le débat des rythmes à sa juste place : la réussite des élèves, ce n’est pas qu’une question de rythme scolaire. La consultation menée par le SNUipp-FSU à laquelle plus 24 000 enseignants ont répondu est venue le confirmer. L’école a besoin d’un projet clair qui mobilise des enseignants qui ont besoin d’être reconnus, formés et revalorisés. Pour mieux faire réussir les élèves, Ils veulent des changements concrets mais pas n’importe lesquels. Il faudra donc aussi revoir les contenus pédagogiques, améliorer les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des enseignants. C’est aussi cela, la priorité au primaire, et c’est tout le sens des propositions concrètes et exigeantes faites par le SNUipp au ministre de l’Éducation nationale.

Améliorer la qualité des temps professionnels

Pour que l’école change vraiment, les conditions d’exercice du métier de professeur des écoles doivent être revues.
Le temps d’enseignement hebdomadaire doit être ramené à 23 heures.
Les 108 heures annuelles (trois heures hebdomadaires) doivent être consacrées au travail en équipe, à la formation et à la concertation. Il est temps que les activités invisibles du travail enseignant soient reconnues dans leur temps de service :

- le temps nécessaire à la préparation exigeante de la classe, au travail en équipe, à la relation avec les parents et les partenaires de l’école doit être complètement reconnu. Les 24 heures annuelles actuelles sont largement insuffisantes.
- les 18 heures annuelles de formation pédagogique doivent être remises à plat. Ce temps doit être allégé et destiné à de l’animation pédagogique pour les équipes d’école. Parallèlement il faut remettre en place une vraie formation continue, sur le temps de classe avec les moyens de remplacement correspondants.
- l’aide personnalisée, sous sa forme actuelle, doit être abandonnée. Les conditions de prise en charge des élèves en difficulté sont à repenser. Elles doivent être réintégrées sur le temps de classe (« plus de maîtres que de classes », RASED...)

Les enseignants ont besoin d’évoluer dans un milieu de travail serein, apaisé et épanouissant. Pour cela, de vrais changements sont nécessaires : dans la classe : une baisse des effectifs, des programmes adaptés, de nouvelles évaluations... Dans le quotidien professionnel : une relation de confiance rétablie avec l’institution, la fin des injonctions contradictoires, des contrôles tatillons et autres demandes de « paperasses » inutiles et chronophages...

Améliorer les conditions de vie personnelle et familiale

Passer à quatre jours et demi doit conduire à des journées scolaires allégées. Les enseignants doivent pouvoir terminer leur journée vers 15h30 et le mercredi après-midi doit obligatoirement rester un temps personnel

- Le pouvoir d’achat des enseignants des écoles ne doit pas une nouvelle fois être amputé par les surcoûts engendrés par la demi-journée supplémentaire de classe (frais de transports et de garde d’enfants)
- Professeur des écoles est un métier exigeant mais absolument pas valorisé voire même déclassé comme le souligne un récent rapport sur les salaires dans la Fonction publique. Pour le SNUipp-FSU, il est grand temps que cette situation change. La revalorisation des rémunérations du métier des professeurs des écoles : ce doit être maintenant !

Sur tous ces sujets, le SNUipp-FSU informera largement la profession de l’évolution des discussions et c’est à l’aune des réponses apportées à ses demandes qu’il appréciera la réforme proposée.