REP : clap de fin

jeudi 26 novembre 2020
par  
popularité : 9%

Nathalie Elimas, secrétaire d’état à l’éducation prioritaire, a annoncé la semaine dernière la mise en place d’une expérimentation dans 3 académies, Marseille, Lille et Nantes, qui remplacerait le dispositif REP par des contrats entre les établissements ou écoles et le rectorat.

Incroyable mais vrai ! C’est au cœur d’un deuxième confinement et alors que nous savons que les élèves les plus défavorisés sont ceux qui payent le plus lourd tribu à cette période de crise sanitaire que Jean-Michel Blanquer, décide d’attaquer frontalement l’Éducation Prioritaire. Par voie de presse une fois de plus et sans concertation, cela va de soi !

La rentrée 2021, pour 3 académies, sonnera le glas des REP. À la place, le gouvernement mettra en place des "contrats" entre les écoles et établissements en difficulté et le rectorat. Ainsi seront repensés les moyens attribués en fonction des projets mis en place pour faire progresser les élèves, sans doute également en fonction des résultats aux évaluations nationales. Il sera ainsi facile de mettre au pas les enseignant·es en les guidant dans leurs enseignements : imposition d’une méthode de lecture, formatage de la pédagogie...

La réforme annoncée comporte une véritable attaque contre les principes de justice sociale et scolaire. Elle propose en effet d’abandonner le principe d’une labellisation fondée sur des critères économiques, sociaux et scolaires transparents et concertés pour mettre en place un principe de contractualisation entre école et administration locale. Dès lors, elle met fin aux principes communs établis à une échelle nationale pour autoriser des appréciations locales et territorialisées non contrôlables.

Le SNUipp-FSU réaffirme ses principes et ses mandats : il réclame l’élargissement de la carte de l’Éducation Prioritaire à tous les établissements remplissant les critères sociaux, économiques, et scolaires (dont les écoles orphelines). L’Éducation Prioritaire doit être fondée sur une labellisation unique mais il faut surtout des moyens pour cette politique. Ce dont Jean-Michel Blanquer ne dit pas un mot !

Le dédoublement des classes de CP, CE1 et GS, de même que le plafonnement à 24 élèves, se font à moyen constant. De ce fait, ils dégradent les conditions de travail des autres classes : augmentation des effectifs en PS, MS, CE2, CM1, CM2 en Éducation Prioritaire et hors Éducation Prioritaire. Ils se sont aussi traduit par la disparition du dispositif PMQDC et la baisse importante des moyens de remplacement.

Malgré le creusement des inégalités scolaires produites par le premier confinement, aucun moyen supplémentaire n’est venu renforcer le travail des équipes. Les RASED sont en lambeaux, conséquence directe d’une politique qui abandonne l’école, ses personnels et ses élèves.

Pour les établissements et écoles hors Éducation Prioritaire, un BAR – Bureau d’Aide Rapide – sera mis en place pour que des enseignant·es répondent, à distance, aux difficultés des élèves. Bien entendu sur leur temps personnel de vie privée et de préparation de classe. Généralisation également du dispositif « Devoirs faits à distance », service d’aide aux devoirs en ligne, en dehors de l’école. L’accélération en somme de l’école hors de l’école.

Sachant que le distanciel a démontré son inefficacité pendant le confinement et ce surtout pour les élèves en difficulté qui ont rapidement décroché, comment croire en ces BAR ? Et qui seront les professeur·es derrière : des volontaires payé·es en heures supplémentaires ou en primes ? Voilà un pied dans la porte pour faire entrer la rémunération au mérite.

C’est dans cette droite ligne que s’inscrit cette nouvelle réforme qui n’apporte aucun moyen supplémentaire mais détruit le caractère national et équitable de la labellisation Éducation Prioritaire tout en soumettant les écoles au contrôle permanent de son autorité hiérarchique désormais libre de conditionner ces aides.

Le SNUipp-FSU réclame le retrait de ce projet de réforme et l’ouverture de véritables négociations pour l’amélioration des conditions de travail des enseignant·es et d’apprentissage des élèves, en Éducation Prioritaire comme ailleurs !


Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031