Compte-rendu du CDEN du 29 juin 2021

vendredi 2 juillet 2021
popularité : 2%

Compte-rendu du CDEN du 29 juin 2021



Un CDEN s’est tenu le mardi 29 juin dernier pour entériner les décisions de la seconde phase de carte scolaire.

Lire la déclaration liminaire de la FSU-CGT :

PDF - 313.4 ko


Suite aux différentes déclarations, le préfet est revenu sur la situation sanitaire dans notre département. Le taux d’incidence pour le virus est plutôt bas désormais dans le département (10 pour 100 000) par contre, l’augmentation du variant delta semblait l’inquiéter. Il semble que 54 % des deux-sévriens aient déjà reçu une première dose de vaccin.

Le Préfet a donc rappelé l’importance de continuer à pratiquer les gestes barrière.

Il a aussi fait part des dotations de soutien à l’investissement local qui étaient passées de 2 millions à 6 millions pour le département. Une part de ces dotations ira à la restauration du bâti scolaire, des cantines et des équipements sportifs, le montant sera annexé au PV de ce CDEN.

Pour la FSU, la réponse à cette crise sanitaire sans précédent doit passer par une augmentation des moyens bien entendu, mais aussi et surtout par un renforcement du service public dans son ensemble.

Le DASEN a quant à lui répondu sur les questions éducatives.

Pour lui, il y a eu une grande bienveillance dans l’organisation des épreuves de bac. Les bacheliers et les profs du second degré apprécieront …

Concernant les RASED qui sont en nombre insuffisant dans plusieurs secteurs du département, le DASEN a redit qu’un groupe de travail se tiendrait l’année prochaine. Il s’est dit être ouvert à une réflexion sur cette question pour la carte scolaire de l’année prochaine. Nous saurons le lui rappeler.

Concernant le remplacement et l’emploi de contractuels, il espère que l’année prochaine sera plus sereine . Vu les deux dernières années et l’impréparation de notre ministre, nous sommes en droit de douter. Nous réclamons depuis plusieurs années que les listes complémentaires soient ouvertes afin de permettre de pallier au manque d’enseignant·es.


Décisions de carte scolaire :

La FSU-CGT est intervenue concernant les situations qui lui avaient été confiées pour une révision lors de ce CDEN.

Malheureusement, le DASEN n’a voulu revenir sur aucune situation suite au CTSD. Il a maintenu de nombreuses situations conditionnelles qui laissent des équipes dans l’incertitude pour ces vacances scolaires.

Il a confirmé que les élèves d’ULIS étaient désormais comptabilisés dans les effectifs des écoles.

Une situation de fusion sur l’école de Thénezay sera à valider lors du CDEN de rentrée. Cette fusions entrainera la mise en place d’une décharge de direction à hauteur de 0,25 %

Nous avons insisté sur la situation de l’école maternelle Prévert à Niort qui voit l’ouverture promise depuis plusieurs années s’éloigner. En effet, les collègues de cette école ont supporté des effectifs élevés pendant longtemps, mais sans jamais pouvoir acter d’ouverture, car les locaux ne pouvaient pas accueillir une nouvelle classe. Maintenant que les travaux ont été faits et qu’une ouverture est possible, le DASEN la met en conditionnelle, car les effectifs sont en baisse depuis le mois de mars.

À travers cette situation, c’est la gestion de la carte scolaire sur la ville de Niort que nous avons dénoncée. La gestion des effectifs est de plus en plus opaque sur cette ville, et nos échanges avec Mme Nietto, adjointe à la ville de Niort ne nous ont pas rassurés. Nous avons expliqué que les enseignants ont de plus en plus le sentiment que les élèves sont inscrits en fonction des desiderata des élus, ce à quoi, Mme Nietto a répondu que nous disions n’importe quoi ! Nous avons juste rappelé à Cette élue que nous ne faisions que notre travail de représentants des personnels !

Il nous a été expliqué qu’il existait des règles très strictes concernant les dérogations pour changer de secteur, et manifestement, ces règles si claires sont bien connues de touts les enseignants du niortais.

Si toutefois vous les avez, nous sommes preneurs, car elles ne nous ont pas été transmises en CDEN.

Nous sommes aussi intervenu concernant les écoles de la REP de Niort. Là aussi, la gestion des effectifs laisse à désirer, avec l’école Zola qui a des effectifs très chargés, mais qui n’aura pas d’ouverture à la rentrée prochaine, et l’école Jean-Zay qui est sous le coup d’une fermeture conditionnelle.

Dans le même secteur, l’école Pasteur voit se confirmer une fermeture en maternelle et une ouverture en élémentaire. Cette école accueille depuis quelques années les élèves normalement scolarisés sur la REP mais qui ne peuvent pas être accueillis par manque de place.

Nous avons tout de même rappelé qu ce sont bien des élèves et des enseignants qui sont impactés par toutes ces décisions, et pas simplement des chiffres !

Nous avons rappelé aussi la situation du RPI St Martin les Melle / Mazière sur Beronne / Saint Romans les Melle, pour laquelle les effectifs communiqués par l’administration ne sont pas les mêmes que ceux que les collègues ont saisi dans onde. Là aussi, le DASEN s’en tient à sa mesure de fermeture conditionnelle.

Enfin, nous avons porté un demande d’augmentation du temps de décharge pour une collègue qui doit accueillir dans son école un UEMA à partir de la rentrée prochaine. Malheureusement, le DASEN n’a pas voulu modifier sa décision. Il regardera à une augmentation de décharge pour la carte scolaire de l’année prochaine. C’est bien dommage, car c’est maintenant que cette collègue directrice aurait besoin de temps pou permettre une mise en place sereine de cette UEMA.


Nous avons ensuite procédé au vote de cette carte scolaire :

9 abstention

10 contre.

Aucune voix pour, ce qui n’est pas étonnant au regard de la baisse de moyens pour notre département.



Les membres du CDEN ont ensuite eu à statuer sur la revalorisation au titre de 2020 du taux de l’indemnité représentative de logement (IRL) des instituteurs·rices.

La proposition étant que cette indemnité soit reconduite au même taux que ceux de 2019, et étant donné l’inflation et l’augmentation du coût du logement depuis cette date, la FSU-CGT a choisi de voter contre. En effet, acter une non augmentation depuis 2019 revient à acter une baisse.



Les membres du CDEN ont ensuite voté pour la désignation de nouveaux DDEN.

Nous avons profité de ce point pour aborder la question du départ de tous les DDEN du secteur Mellois en Poitou. Des désaccords entre ces DDEN et les élus avaient conduit à une démission collective. En effet, les propositions ou prises de position des DDEN étant tout simplement ignorées par les élus de la comcom, ils·elles derniers ont préféré arrêter d’occuper une fonction qui ne servait à rien, et ils·elles ne voulaient pas servir de caution aux décisions des élus.

Les DDEN des Deux-Sèvres sont donc toujours en recherche de nouveaux noms pour ce secteur, mais il a été précisé qu’il fallait pour cela réussir à recréer une ambiance, ce qui ne semble pas être gagné d’avance.

Le DASEn a ensuite présenté différents changements d’horaires pour une douzaine d’écoles du département. Il a été décidé que le vote concernant les horaires de l’école de Thénezay serait reporté à la rentrée suite à la mise en place de la fusion.

La FSU CGT a voté pour ces propositions, en expliquant que nous ne pouvions que faire confiance à l’administration sur la bonne prise en compte des décisions des conseils d’école. En effet, nous n’avons pas reçu la liste de ces demandes de modifications au préalable et nous n’avons donc pas pu prendre l’attache des équipes pour savoir comment cela s’était décidé. Nous avons décidé de faire confiance à l’administration, mais en rappelant qu’à l’avenir, il serait bon de transmettre tous les documents préparatoires aux instances.


Questions diverses



Scolarisation à domicile et écoles hors contrat

Le DASEN est revenu sur une question concernant l’instruction à domicile et l’instruction dans les écoles hors contrat que nous lui avions posée en CTSD et à laquelle il n’avait pu répondre que partiellement.

Dans le premier degré, les enfants scolarisés à la maison sont passés de 56 en 2017 à 203 en 2020 et dans le second degré, ils sont passé de 43 en 2017 à 57 en 2020.

L’augmentation dans le premier degré est inquiétante.

Selon l’administration, les raisons avancées sont :

- le souhait d’une scolarisation différente

- une phobie sociale ou scolaire

- la situation sanitaire ainsi que le port du masque.

Les inspecteurs·rices sont sollicités pour suivre la scolarisation de ces élèves.

Il y a actuellement 6 écoles hors contrat dans notre département et une demande en attente de validation. Ces écoles accueillent actuellement 171 élèves du premier degré.

Le SNUipp-Fsu nationalement s’empare de cette question, car la recrudescence de ces établissement hors contrat doit nous interroger. Au SNUipp-FSU il nous semble important de tout faire pour que l’école reste du domaine du public, afin que tous les élèves puissent avoir accès au même enseignement dans des conditions facilitées, notamment par la gratuité.


Implantation de l’université catholique de l’Ouest à Niort

La FSU CGT avait proposé lors du CDEN de mars une motion concernant l’implantation de l’université catholique de l’Ouest (UCO) à Niort avec le tapis rouge déroulé par la CAN.

Cette motion n’avait pas pu être votée car les membres du CDEN ne l’avaient pas reçue en avance. Cette fois-ci, nous avions pris les devants, et malgré une tentative de la part du préfet de ne pas faire voter cette motion, nous avons pu la soumettre au vote.

Vous retrouverez la motion ici


PDF - 36.1 ko


Ce point a fait réagir Mme Nietto qui se défend de toute aide apportée à l’université catholique d’Angers et qui argue que l’université publique de Niort est très largement aidée par la collectivité !

Merci Mme Nietto de nous rassurer sur l’utilisation des fonds publics.

Nos organisations syndicales demandent que l’argent public aille à l’enseignement public, et qu’au lieu de permettre l’implantation d’universités privées confessionnelles, les élus facilitent l’implantation d’une offre publique plus variée.

Malheureusement, Mme Nietto ne l’entend pas de cette oreille !


AESH et PIAL

Un point sur la mise en place d’une nouvelle carte des PIAL a été présenté par Monsieur Sanchez, IEN ASH. Il semblerait selon lui que le versement des indemnités des coordonnateurs·rices soit quasiment réglée, ce ne sont pas les retours que nous avons du terrain.

Concernant la carte des PIAL, nous nous sommes étonné·es des nombreuses incohérences de cette nouvelle carte ; Manifestement, tout a été calqué sur les réseaux ECLORE, ce qui devrait permettre un travail beaucoup lus facile et de qualité. Tout cela en passant de 32 PIAL à 22 ! Il est plus prudent donc de garder le conditionnel lorsque l’on parle d’amélioration des conditions d’accueil des élèves en situation de handicap et des conditions de travail des AESH !

Nous continuerons d’accompagner les AESH et de porter leurs revendications, ce dès la rentrée prochaine.


Rythmes scolaires

Pour finir, nous avions interrogé à nouveau le DASEN concernant les rythmes scolaires notamment sur la communauté de communes Mellois en Poitou.

C’est l’IENA qui a pris la parole. Elle a expliqué qu’elle commençait à prendre le dossier en main pour permettre de fluidifier le dialogue et pour travailler avec les élu·es du secteur et les IEN de Melle et Saint Maixent. Mme l’IENA a présenté la démarche mise en place et le fait que le dialogue avait été compliqué avec les directeurs·rices qui s’étaient investit sur le dossier.

L’IENA souhaite entamer un travail. Elle a redit qu’ils avaient environ 6 mois devant eux avant qu’une décision ne soit actée. Elle a aussi expliqué qu’ils allaient commencer par travailler sur un calendrier.

La FSU-CGT a rappelé le coté inexploitable et très orienté du questionnaire établit par la comcom contre l’avis des directeurs et directrices et la situation explosive entre le élu·es et les enseignant·es sur ce secteur. Malheureusement, le questionnaire est maintenu, car déjà envoyé.

Nous avons redemandé si la date butoir du 24 septembre pour les conseils d’école extraordinaires serait maintenue, ce à quoi l’IENA a répondu que le premier point sur lequel ils·elles allaient travailler serait le calendrier. Nous avons rappelé qu’il fallait qu’ils·elles soient très vigilants avec les délais et que les enseignant·es n’accepteraient pas de se voir imposer des réunions en dernière minute, sans délai de réflexion.

Enfin,nous avons demandé pourquoi est-ce qu’on imposait un même rythme pour toutes les écoles du secteur, en rappelant que dans beaucoup d’endroit, les rythmes étaient différents, y compris sur un secteur restreint et que ça ne posait pas de soucis. Nous avons aussi rappelé au passage que le SNUipp-FSU demandait un rythme qui soit le même pour toutes les écoles de France et qui ne soit pas imposé par des contingences locales.

Le DASEN nous a répondu que rien n’est acté et que tout est sur la table. Il ne semble donc pas fermé à un aménagement des rythmes en fonction des souhaits des conseils d’école.

Nous ne savons donc pas comment les choses vont évoluer pendant l’été, mais sachez que nous reviendrons à la charge dès le CDEN de rentrée pour savoir où en est l’avancée des travaux sur le sujet !


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois