Résumé, si vous avez raté le début...

vendredi 10 décembre 2021
popularité : 13%

Petit point sur les nouveautés depuis cette rentrée dans l’Éducation Nationale...


Nous en faisons l’expérience depuis son arrivée au ministère, Jean-Michel Blanquer s’est donné pour mission de totalement déstructurer l’Éducation Nationale en imposant à marche forcée sa vision d’une école toujours plus libérale.


Petit tour d’horizon des nouveautés depuis la rentrée de septembre :


Direction d’école et Loi Rilhac :

Les mobilisations de 2019 contre la loi pour l’école de la confiance avaient permis de retirer de cette loi la partie concernant la création d’EPLESF qui impliquaient la mise en place de chefs d’établissements supérieurs hiérarchiques dans les écoles. Cette victoire, c’était sans compter sur l’acharnement de Jean-Michel Blanquer d’imposer son projet pour la destruction du service public d’éducation. Suite au rapport de Cécile Rilhac, il a réussi faire adopter la loi Rilhac qui, selon le SNUipp-FSU, va imposer une véritable révolution dans l’organisation des écoles.

Nous avons depuis le début dénoncée cette loi, car contrairement à d’autres syndicats, nous ne pensons pas que l’introduction d’un rapport hiérarchique dans les écoles va permettre une amélioration des conditions de travail des directeurs·rices, bien au contraire.

Pour en savoir plus sur cette loi, lire l’article complet.



Évaluations d’école : ou le nouvel instrument dans la boite à outils managériale de Blanquer

Une expérimentation de l’évaluation des écoles a débuté ce premier trimestre 2021-2022. D’abord annoncée pour le 3e trimestre 2020-2021, elle a été reportée du fait du contexte covid. Cette expérimentation succède à celle conduite l’an passé dans le 2nd degré auprès d’un millier d’établissements.

Pour le SNUipp-FSU, ces "évaluations d’école" ne sont qu’un pas supplémentaire vers une gestion managériale et bureaucratique de l’école, et elles sont à mettre en lien avec les évaluations nationales décriées sous leur forme « blanquerienne » par le SNUipp-FSU.

Lire le décryptage de ce nouveau dispositif et l’analyse du SNUipp-FSU.


Lutte contre le harcèlement et charte PHARE

Le programme PHARE est un plan de prévention du harcèlement à destination des écoles et des collèges fondé autour de 8 piliers :

  1. Mesurer le climat scolaire.

  2. Prévenir les phénomènes de harcèlement.

  3. Former une communauté protectrice de professionnels et de personnels pour les élèves.

  4. Intervenir efficacement sur les situations de harcèlement.

  5. Associer les parents et les partenaire et communiquer sur le programme.

  6. Mobiliser les instances de démocratie scolaire (CVC, CVL) et le comité d’éducation à la santé, à la citoyenneté et à l’environnement.

  7. Suivre l’impact de ces actions.

  8. Mettre à disposition une plateforme dédiée aux ressources.

Bien entendu, la lutte contre le harcèlement scolaire est un enjeu majeur que nous ne contestons pas, mais en pratique qu’est-ce que cela donne ?

Des directives imposées aux directeur·rices, à qui l’on demande de s’engager en signant cette Charte.

Aucune formation pour les adjoint·es… on compte sur les directeur·rices pour faire ruisseler les maigres informations qu’iels recevront sur le sujet.

Un engagement auprès des familles, qui seront certainement dans l’attente d’actions de la part des équipes.

Bref, encore une fois, le ministre s’attaque à un sujet primordial en ne mettant aucun moyen supplémentaire en place et en faisant peser sur les épaules des équipes et plus particulièrement des directeur·rices une forme de pression culpabilisante…

Nous invitons les équipes à rester soudées face à cette nouvelle demande et à rester prudentes quant à ce qui leur sera imposé.

Nous soutiendrons les équipes qui ne veulent pas signer cette charte et nous les accompagnerons dans leurs démarches et la construction d’un argumentaire.


Panels d’élèves PS :

Depuis le début de l’année 2021, la DEPP a mis en place des enquêtes auprès de panels d’élèves de la petite section, en lien avec l’instruction obligatoire dès 3 ans.

Les enquêtes sur les panels d’élèves existent depuis longtemps, mais ce qui inquiète aujourd’hui, c’est le fichage des élèves et la stigmatisation de certains comportements.

Des telles enquêtes avaient déjà été expérimentées au premier trimestre de l’année 2021 dans le 31. Nous vous invitons à lire l’analyse de nos camarades du SNUipp-FSU-31, qui doit nous alerter et nous amener à être très vigilant·es.

Dans notre département, nous avons déjà connaissance de quelques écoles qui ont été engagées dans ce dispositif. Après une première lecture, c’est un dispositif qui nous semble lourd et chronophage à mettre en place.

L’autre point qui nous inquiète, c’est la conservation des données des élèves de ce panel et leur confidentialité. Le SNUipp-FSU se saisit de cette question et doit interroger la CNIL.

L’an dernier déjà, plusieurs articles étaient parus à ce sujet dans le café pédagogique :

Le café pédagogique avait publié des articles http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/01/21012021Article637468096302100882.aspx

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/01/27012021Article637473274779736996.aspx

Plusieurs chercheurs avaient publié aussi suite à cela.

Le SNUipp-FSU interrogera le DASEN sur cette question et nous vous réitérons notre demande de remontées du terrain.


Les Livrets de Parcours Inclusifs

Le MEN déploie à partir de janvier une base de données d’informations dédiée aux élèves à besoins éducatifs particuliers sous la forme d’un livret numérique, dans le but d’« améliorer le suivi de ces élèves ». Ce nouveau dispositif pose de nombreuses questions sur le fond comme sur la forme.


Les EMAS :

La circulaire de mai 2021 destinée aux directeurs généraux des agences régionales de santé (ARS) décrit les modalités de mise en place et de constitution des premières équipes mobiles d’appui à la scolarisation, lesquelles doivent être rattachées à des établissements et services médico-sociaux (ESMS). Les équipes mobiles, constituées d’intervenants médicaux sociaux sont créées pour « renforcer l’école inclusive et ses dispositifs ».

Les craintes du SNUipp-FSU : Les EMAS sont créés à moyens constants, avec des personnels exerçant déjà des missions dans les ESMS. La réorientation de leurs missions risque donc de créer un manque. De plus, se pose la question de l’articulation entre les pratiques pédagogiques, la place des enseignant·es spécialisé·es et les interventions des EMAS. Concernant l’Éducation Nationale, un risque existe de l’utilisation des enseignant·es spécialisé·es dans ces dispositifs.

Pour le SNUipp-FSU, la mise en place de ce nouveau dispositif reste de la poudre aux yeux, car sans moyens supplémentaires, les beaux discours sur l’école inclusive ne resteront que de beaux discours. Par contre, dans les écoles, ce sont les équipes et les élèves qui souffrent tous les jours du manque de moyens.

(article de nos collègues du 67)


Brèves

Se syndiquer en ligne

vendredi 6 septembre 2019

Je clique !

Je me syndique !

local/cache-vignettes/L120xH74/jemesyndique6474-ff7dd.jpg

Je me syndique au SNUipp-FSU !

jeudi 5 septembre 2019

PDF - 254.4 ko

Bulletin 2021 -2022

Remplacement

vendredi 13 décembre 2013